Expo virtuelle 2021

Le Cdt Herbette, fondateur de l’APVE

 

Les documents de déclaration en préfecture et le registre des assemblées générales de l’Amicale mentionne comme premier président le Commandant Herbette, résidant à Viroflay. Une étude généalogique a permis de retrouver la trace de cet homme, à l’origine de la longue aventure de l’APVE.

Généalogie :

L’absence de prénoms dans les divers documents de l’Amicale n’a pas facilité la recherche. La base Léonore des membres de l’ordre de la Légion d’Honneur a permis de le retrouver à la cote LH/1290/61. Les informations recueillies sont les suivantes.

-  Césaire Ambroise HERBETTE est né le 7 décembre 1876 à Couchy-sur-Canche (Pas-de-Calais), de Abel Herbette (1840-1911), meunier, et Camille Becquelin (1847-1908), son épouse. Il est le 2ème d’une fratrie de 6 (3 soeurs et 2 frères - dont un frère soldat "tué à l’ennemi" dans la Marne en octobre 1915).
-  Marié le 7 novembre 1908 à Montigny-le-Bretonneux (78) avec Marie Camille Henriette Herbette (1890-...) qui portait donc le même patronyme que lui.
-  un fils, André Camille Eugène Herbette, né le 2 janvier 1910 à Courbevoie, son père étant alors Sergent Major au 24ème Rgt d’Infanterie, décédé le 29 février 1940, étant professeur au collège de Beaune (Côte-d’Or) et domicilié à Viroflay, 14 rue Lamartine, son père étant alors Commandant en retraite.
-  La famille est recensée à Viroflay, au 14 rue Lamartine, en 1926 (il est alors capitaine) et en 1931 (il est alors officier en retraite).

Herbette est un nom assez courant et fait partie des familles de noms Herbet, Herbin, etc. rattachant à un nom de lieu herbeux, ou au fermier le cultivant. Les prénoms Césaire et Ambroise ne sont pas fréquents et dérivés de noms de saints. Le premier de Caesarius, évêque d’Arles au VIe siècle, le second de Ambrosius, évêque de Milan au IVe siècle (sens "divin", dérivé de l’ambroisie, nectar des dieux).

Dossier militaire :

-  De la classe 1896, il est successivement affecté et promu dans plusieurs régiments d’infanterie et participe à des campagnes puis à la Grande Guerre.
-  Son signalement à l’incorporation précise : cheveux noirs, yeux gris bleu, front couvert, nez moyen, visage rond, taille 1m73.
-  Aucune profession n’est mentionnée, mais un arbre généalogique indique charcutier.
-  Blessé le 15 septembre 1915 (plaie perforante par balle à la cuisse gauche).

Campagnes :

-  Campagne de Tunisie (mars-août 1900 puis août 1901 à juillet 1908)
-  Corps expéditionnaire de Chine (août 1900 à août 1901)
-  Grande Guerre (blessé en 1915

Distinctions :

-  chevalier de la Légion d’honneur à/c du 3 mai 1916,
-  officier de la Légion d’honneur à/c du 16 mars 1921.
-  Croix de guerre 14-18 avec étoiles d’argent et de bronze
-  Citations soulignant qu’il est un remarquable meneur d’hommes
-  Médaille militaire (1913)
-  Médaille de Chine
-  décoré du Nichan Iftikhar par le bey de Tunis (pas de date)

Activités de renseignement :

Une recherche de l’expression "Commandant Herbette" sur la Toile a mis en évidence plusieurs mentions, principalement trois ouvrages de mémoires et une étude académique.

-  "On sait qu’il existe un service de documentation et de diffusion, dirigé par le commandant Herbette en 1940, dans lequel on trouve la 2e section, qui est chargée de produire des synthèses d’informations, notamment à partir des enregistrements des radios françaises et étrangères." (mémorial de Armand Robin (1912-1951).
-  En décembre 1939 et février 1940, le Cdt Herbette est mentionné comme chef du Service de la Documentation au Commissariat général à l’Information. (ref1 et ref2
-  Le Cdt Herbette est cité par le Pr. René Cassin (Prix Nobel de la Paix) au chapitre 2, relatif à l’Exode, dans son livre Les hommes partis de rien - Le réveil de la France abattue (1940-1941).

Fondation de l’APVE :

Issue de réunions préliminaires début 1945, l’Amicale philatélique de Viroflay et Environs est déclarée en préfecture de Versailles par le Cdt Herbette le 29 octobre 1945. Il en prendra la présidence les deux années suivantes.

Retiré en son domicile à Montigny-le-Bretonneux (78) où sa femme était née et où il s’était marié en 1908, il décède le 21 novembre 1949, dans sa 72e année (obsèques le 24 novembre).

sources : contribution du Cercle Généalogique de Versailles et Yvelines (section de Viroflay), archives municipales de Viroflay, de Courbevoie et de Montigny-le-Bretonneux, extrait de naissance, dossier militaire, base SGA-Mémoire-des-hommes, dossier de la Légion d’Honneur (base Léonore), faire-part de décès, arbre généalogique en ligne Geneanet. Dictionnaire étymologique des noms de famille et prénoms de France - A. Dauzat, Larousse, 1951. Aucune photo n’a été trouvée


mise à jour 4 janvier 2021