En images

NOUS CONTACTER

19 février 2016

Rendez vous ICI

Sites cartophiles

19 février 2008

De nombreux sites cartophiles ont été rassemblés pour vous dans la rubrique Liens, article Sur la Toile. Ne manquez pas d’y aller pour des visites virtuelles variées.

Photos anciennes de Viroflay

24 août 2005

En rédigeant l’article Des cartes sur la Toile, j’ai découvert une série de photos de Viroflay datant de 1905. Elles représentent la Villa bon repos et un étang (donc pas sur le territoire de la commune). Une recherche sur Chaville donne trois photos d’un étang. Ces photos proviennent de la base de données Mémoire mise à disposition par le ministère de la culture.

Une très longue journée à Lannion... et Pleumeur-Bodou

 

Article proposé par Jean Larour, adhérent ACVFTI.

Nous sommes au printemps 1978. Après mes "classes" au camp du Valdahon, je fais mon "service national" comme scientifique du contingent à la Cité de l’Air (Balard) à Paris. Je rédige des contrats de recherches avec des laboratoires universitaires et industriels disséminés sur toute la France (Nancy, Grenoble, Toulouse, Orléans) et je multiplie les visites.

La propagation des ondes électromagnétiques (TV, signaux des satellites) dans la très haute atmosphère est perturbée par les conditions électriques, notamment par le vent solaire, des particules rapides issues des éruptions solaires et créent par exemple les aurores boréales. En lien avec ces thèmes s’est posée la question de rencontrer des chercheurs du Centre national d’études des Télécommunications (CNET) de Lannion. Ce fut l’occasion d’une très longue journée, sur fond de la première grande marée noire médiatisée.

Le rendez-vous avec mon colonel était un vendredi matin d’avril à 6h30 pour me conduire à Villacoublay et partir à Lannion. Un peu d’appréhension car ce serait mon baptême de l’air. Mais un contretemps m’attendait : le brouillard, plutôt la purée de pois. Huit heures rien ! Neuf heures, l’avion qui venait de Lannion n’était pas là. Seul le Douglas DC-3 de secours attendait son service du soir et le retour des fonctionnaires pour le week-end. A cette époque pas moyen de téléphoner et mes parents devaient me croire depuis longtemps à Lannion ...

Finalement notre avion arrive et c’est l’embarquement. Je suis le premier de la file, je monte de courtes marches et je me retrouve seul dans une carlingue spartiate. Personne ne m’avait suivi... Je ne le savais pas mais une mauvaise transcription sur la liste bloquait mon colonel. Le commandant de bord à l’allure typique et ’big moustache’ me voit un peu emprunté, et me dit de m’asseoir en ajoutant : "Ah, vous, c’est la première fois !"

Rapidement l’avion se remplit de passagers, fait son point fixe dans le vacarme et nous décollons puis filons à l’Ouest. A l’arrivée un peu d’émotion : le pilote fait quelques figures sur l’aile pour montrer la côte de granit rose et le radôme à une délégation chinoise (déjà !) qui était à bord !

Nous sommes arrivés pour le repas, qui fut pris sur le port de Lannion. A l’époque la presse ne parlait que du naufrage de l’Amoco-Cadiz, un pétrolier en panne dans la tempête au large du Finistère nord, et qui libéra à partir du 17 mars 1978 plus de 200 000 tonnes de pétrole brut dans la Manche. Cette catastrophe, qu’on pouvait voir et sentir là-bas, mit à jour les conditions désinvoltes du transport pétrolier maritime, l’impréparation des moyens de sauvetage d’un navire si lourd et l’absence de méthodes de nettoyage efficaces. Cette prise de conscience se traduisit par une régulation du trafic au large de la Bretagne et dans la Manche, mais n’empêcha pas d’autres catastrophes comme l’Erika en décembre 1999.

Le Centre de Télécom par satellite

Je ne m’étendrai pas sur l’objet précis de notre visite. Je noterai seulement que les laboratoires du CNET (où naîtra le minitel en 1980) étaient proches du Centre de télécommunications par satellite de Pleumeur-Bodou , célèbre par son radôme depuis les premières retransmissions de télévision transatlantiques. Cette grosse bulle blanche sphérique abritait du vent une antenne cornet gigantesque (PB-1) qui avait pour mission de récupérer l’infime puissance émise par un satellite géostationnaire.*

Première carte. CPSM.
Première carte. CPSM.

L’équipement se complétera par des antennes jusqu’au numéro PB-9 pour faire face à l’augmentation du nombre de satellites et de fréquences porteuses.

Epilogue

Comme il se doit, le retour se fit sans encombres.

A Pleumeur, les antennes ont été progressivement améliorées pour suivre les besoins et l’évolution des fréquences. Finalement, n’étant plus utilisées, elles ont été démantelées entre 2006 et 2009. Une antenne a été conservée comme patrimoine historique et jouxte le Musée des Télécoms. Non loin on trouve un village gaulois dans le Parc du Radôme. En effet, la première planche des albums d’Astérix le Gaulois montre sous une loupe le petit village qui résiste à César sur la Côte nord de la Bretagne. Et la situation est fort compatible avec celle de Pleumeur-Bodou, village côtier situé entre Lannion et Trégastel. C’est une belle histoire sans réel fondement même si Uderzo était natif du village d’Erquy, non loin.

* Merci à Roland Berthelot pour le don amical de cette série de CPSM et CPM sur Pleumeur-Bodou.


mise à jour avril 2020