CHAVILLE

Nous contacter

19 février 2016

Rendez vous ICI

Sites cartophiles

19 février 2008

De nombreux sites cartophiles ont été rassemblés pour vous dans la rubrique Liens, article Sur la Toile. Ne manquez pas d’y aller pour des visites virtuelles variées.

Photos anciennes de Viroflay

24 août 2005

En rédigeant l’article Des cartes sur la Toile, j’ai découvert une série de photos de Viroflay datant de 1905. Elles représentent la Villa bon repos et un étang (donc pas sur le territoire de la commune). Une recherche sur Chaville donne trois photos d’un étang. Ces photos proviennent de la base de données Mémoire mise à disposition par le ministère de la culture.

Les étangs

 

Chaville est bordée par des forêts domaniales, au sud et au nord. Le principal massif est le bois de Meudon, qui va continûment de Clamart à Versailles-Porchefontaine, en bordant Sèvre, Chaville, Vélizy et Viroflay. Le massif de Fosses-Reposes se développe de l’autre côté de la vallée du Rû de Marivel, de Saint-Cloud à Marnes-la-Coquette et au Chesnay, presque déchiré par l’enclave de Ville-d’Avray.

L’eau est partout présente, résultant de précipitations abondantes que déclenchent ces massifs faisant obstacle aux vents d’ouest dominants. Dans les parties basses, on trouve soit des sources, qui ont été exploitées par les blanchisseurs, soit par des étangs, pièces d’eau, mares, etc. Au fil de l’histoire beaucoup de ces derniers ont été comblés, regroupés, redessinés, de même que des barrages se sont édifiés, comme le talus de la voie du train ’électrique’ de la ligne des Invalides.

Plusieurs étangs sont situés à proximité de la gare de Chaville-Vélizy. Cette gare a donc été, dès le début du XXe siècle, une halte très courue pour les promeneurs du dimanche allant vers Brisemiche, Ursine et les Ecrevisses. On y pêchait beaucoup et on s’amusait dans les bois, des restaurants jalonnant le parcours.

Voir notre article sur les bois.

Brisemiche

Dans un creux du haut Chaville, cette pièce d’eau se situait en contrebas des prés du Haras de Gaillon et de l’étang des Ecrevisses. Très proche de la gare de Chaville-Vélizy, il a été loti pour créer un nouveau quartier de Chaville. Il n’en reste plus qu’une petite pièce d’eau, au sein d’une copropriété. On le voit du train RER C, entre la gare et l’entrée du tunnel.

Vue coloriée de l’étang de Brisemiche bordé par le talus des voies du train électrique. (coll. part.)
Vue coloriée de l’étang de Brisemiche bordé par le talus des voies du train électrique. (coll. part.)

Levée de terre limitant l’étang de Brisemiche (coll. part.)
Levée de terre limitant l’étang de Brisemiche (coll. part.)

Sur le territoire de Vélizy, les étangs d’Ursine et des Ecrevisses faisaient sûrement partie de la même ballade.

Ecrevisses

L’appellation va de soi ; ces crustacés devaient pulluler dans la fraîcheur d’une eau renouvelée par les sources et le ruissellement.

Pêcheur au bord de l’étang des Ecrevisses. CPA coloriée façon toilée. (coll. part.)
Pêcheur au bord de l’étang des Ecrevisses. CPA coloriée façon toilée. (coll. part.)

zoom

L’étang des Ecrevisses (coll. part.)
L’étang des Ecrevisses (coll. part.)

L’étang des Ecrevisses, sur la commune de Chaville, recueille les eaux du bois de Meudon, tout comme l’étang d’Ursine à 1km. Proches de la gare de Chaville-Vélizy, ils étaient prisés des Parisiens le dimanche pour la pêche, les promades en famille et les déjeuners champêtres. (coll. part.)
L’étang des Ecrevisses, sur la commune de Chaville, recueille les eaux du bois de Meudon, tout comme l’étang d’Ursine à 1km. Proches de la gare de Chaville-Vélizy, ils étaient prisés des Parisiens le dimanche pour la pêche, les promades en famille et les déjeuners champêtres. (coll. part.)

Ursine

Pose humoristique à Ursine. Carte ayant circulé en 1912, (coll. part.)
Pose humoristique à Ursine. Carte ayant circulé en 1912, (coll. part.)

L’arbre en arcade à l’Ursine
L’arbre en arcade à l’Ursine

Vue artistique à l’Ursine.
Vue artistique à l’Ursine.

Les glacières

Depuis l’Ancien Régime, la glace et la neige collectées en hiver sur les étangs étaient débitées et conservées dans des puits enterrés en pierre. On y conservait la glace, qui était ensuite prélevée progressivement aux beaux jours pour assurer le rafraîchissement des boissons et des plats sur les tables riches. Au début du XXème siècle, cette exploitation florissait toujours. Des porteurs assuraient la récupération de pains de glace pour fournir les restaurants notamment. Encore dans les années 20, les "réfrigérateurs" n’étaient que des meubles-glacières.

Les glacières. Plusieurs cartes localisées à Chaville et Vélizy montrent cette activité originale qui constituait à ramasser la couche de glace supérieure des étangs et à la stocker dans des puits verticaux. La glace était ensuite prélevée pour servir de glace à rafraîchir.(coll. part.)
Les glacières. Plusieurs cartes localisées à Chaville et Vélizy montrent cette activité originale qui constituait à ramasser la couche de glace supérieure des étangs et à la stocker dans des puits verticaux. La glace était ensuite prélevée pour servir de glace à rafraîchir.(coll. part.)

Alignement de glacières dans le bois de Chaville.
Alignement de glacières dans le bois de Chaville.

Les huttes de fagots, placées aux sommets des glacières, permettaient une isolation efficace..
Les huttes de fagots, placées aux sommets des glacières, permettaient une isolation efficace..

Les glacières étaient nombreuses en région parisienne.

Celles de Versailles étaient naturellement importantes, et l’article suivant donne des détails :

article monversailles


Mise à jour janvier 2020