En images

Nous contacter

19 février 2016

Rendez vous ICI

Sites cartophiles

19 février 2008

De nombreux sites cartophiles ont été rassemblés pour vous dans la rubrique Liens, article Sur la Toile. Ne manquez pas d’y aller pour des visites virtuelles variées.

Photos anciennes de Viroflay

24 août 2005

En rédigeant l’article Des cartes sur la Toile, j’ai découvert une série de photos de Viroflay datant de 1905. Elles représentent la Villa bon repos et un étang (donc pas sur le territoire de la commune). Une recherche sur Chaville donne trois photos d’un étang. Ces photos proviennent de la base de données Mémoire mise à disposition par le ministère de la culture.

Les aviateurs

 

Viroflay, Vélizy, Chaville étaient les lieux de résidence de nombreux aviateurs à cause de la proximité du terrain d’aviation et des usines des constructeurs, mais aussi de Paris.

Plusieurs sont inhumés au cimetière de Viroflay comme le décrit le superbe site Landrucimetières . Une autre source très détaillée est le site Aérostèles qui s’étend aux plaques commémoratives, notamment dans des lieux fermés comme les bases aériennes. Les deux couvrent la France.

Alfred Fronval

Fronval devant son avion. CPA découpée dans un carnet.
Fronval devant son avion. CPA découpée dans un carnet.

Alfred Fronval, né le 11 août 1893 à Neuville-Saint-Rémy (Nord) et mort accidentellement le 28 juin 1928 à Villacoublay (Seine-et-Oise), est un aviateur français.

Après avoir passé 3 ans dans l’infanterie, Alfred Fronval passe son brevet de pilote à l’école du Crotoy en 1917. Aussitôt, il se fait remarquer par son habileté et son audace raisonnée. Il était un grand ami de Roland Garros.

Entré comme chef-pilote à l’école Morane-Saulnier de Villacoublay, école qu’il ne devait jamais quitter, il est un moniteur remarquable, aimé de ses élèves à qui il donne entièrement confiance.

Il est également l’auteur d’un manuel de pilotage et l’inventeur du Link-Trainer, appareil permettant de reproduire au sol les conditions de vol d’un avion, premier Simulateur de vol.

Comme moniteur, Alfred Fronval se déclare favorable à l’appareil difficile à piloter, parce que "qui peut plus, peut moins... lorsque le débutant aura bien en main un appareil assez fin, il lui sera fort aisé de piloter n’importe quel autre avion".

Alfred Fronval est l’un des premiers pilotes à prouver que l’acrobatie aérienne est la meilleure école de pilotage.

-  1920 : le 26 mai à Madrid, il est recordman du monde avec 962 loopings en 3 h 52 min
-  1927 : champion du monde d’acrobatie aérienne
-  1928 : le 25 février à Villacoublay, Alfred Fronval bat de nouveau le record du monde de loopings avec 1 111 en 4 h 56 min

Vue de Fronval en meeting.
Vue de Fronval en meeting.

zoom

Le 28 juin 1928, n’ayant pu se détacher et malgré les efforts des sauveteurs lors d’une collision au sol sur les pistes de Villacoublay avec un pilote n’ayant pas respecté les règles, Alfred Fronval périt carbonisé.

Couverture du périodique sportif L’as de juillet 1928, quelques jours après son décès accidentel.
Couverture du périodique sportif L’as de juillet 1928, quelques jours après son décès accidentel.

Fronval, en casque d’aviateur, posant devant son avion. Coll. part.
Fronval, en casque d’aviateur, posant devant son avion. Coll. part.

Détail de la CPA avec son visage, qu’on retrouve découpé pour les articles nécrologiques.
Détail de la CPA avec son visage, qu’on retrouve découpé pour les articles nécrologiques.

Chevalier de la Légion d’honneur, Croix de guerre 1914-1918 avec deux palmes, Alfred Fronval est inhumé au cimetière de Viroflay.

Tombe de Fronval à Viroflay (C) Landrucimetières

La rue Fronval s’appelait alors rue du Louvre prolongée. Fronval, professeur de pilotage et pilote d’essai à Villacoublay, est mort dans une collision en vol.  Au fond, la villa Bon Accueil qui borde la rue Chanzy a gardé son aspect. Au premier plan, le mur en brique est partiellement maintenu de nos jours.  (coll. part.)
La rue Fronval s’appelait alors rue du Louvre prolongée. Fronval, professeur de pilotage et pilote d’essai à Villacoublay, est mort dans une collision en vol. Au fond, la villa Bon Accueil qui borde la rue Chanzy a gardé son aspect. Au premier plan, le mur en brique est partiellement maintenu de nos jours. (coll. part.)

Capitaine Tarron

Edouard Tarron, capitaine du Génie, savant ingénieur militaire, aviateur mort en aéroplane le 18 avril 1911.

Face à l’entrée du camp, le monument au capitaine Tarron, le long de la route de Choisy à Versailles (RN 186, maintenant A86).
Face à l’entrée du camp, le monument au capitaine Tarron, le long de la route de Choisy à Versailles (RN 186, maintenant A86). "Edouard Tarron, capitaine du Génie, savant ingénieur militaire, aviateur mort en aéroplane le 18 avril 1911." CPA (coll. part.)

Autre vue prise depuis l’entrée du camp, le monument au capitaine Tarron, mort en vol. La route de Vélizy conduit au village. CPA (coll. part.)
Autre vue prise depuis l’entrée du camp, le monument au capitaine Tarron, mort en vol. La route de Vélizy conduit au village. CPA (coll. part.)

La route nationale est encore déserte. Un factionnaire est assis à l’ombre d’un arbre. Face à l’entrée du camp, le monument au capitaine Tarron ouvrant la voie vers Vélizy.
La route nationale est encore déserte. Un factionnaire est assis à l’ombre d’un arbre. Face à l’entrée du camp, le monument au capitaine Tarron ouvrant la voie vers Vélizy. "Route de Versailles à Choisy le Roi." Série Vélizy. carte sépia. CPA circulée le 6/8/1926. (coll. part.)

zoom

Une stèle marque l’emplacement du monument, déplacé, avec ce commentaire de M. Marc Bonas : "Etait située au carrefour entre l’avenue Louis Breguet et l’avenue du Capitaine Taron (attention, un seul R), quasiment invisible au milieu d’un parterre de fleurs. Stèle composée du sommet du monument original. Observation mars 2013 : travaux sur ligne de tram, carrefour modifié, stèle disparue. Sur streetview 03/2011 on ne voit que le socle. Le monument est maintenant de l’autre côté de la route, juste en face."

Source Aérostèles

André Frey

André Frey fut un pilote réputé, recordman du monde de vitesse avec un passager : 150 km en 1h07 le 1/11/1912. Il se tue accidentellement le 21/11/1912 et est inhumé à Viroflay.

Annonce du décès en une, avec photo (Source Gallica, BNF)

Tombe de Frey à Viroflay. (C) Landrucimetières

Egalement visible sur Aérostèles

Maurice Morin

Pilote mort en service commandé en février 1933, à 33 ans, Maurice Morin, dont la mémoire se voit honorée d’une place au quartier du Haras, est inhumé près de Fronval et de Frey, au cimetière de Viroflay.

Tombe de Morin à Viroflay. (C) Landrucimetières

Maurice Bellonte

Maurice_Bellonte, né le 25 octobre 1896 à Méru (Oise), mort à Paris le 14 janvier 1983, est un aviateur français. Associé à Dieudonné Costes, il a réussi en 1930, à bord du Bréguet XIX Point d’interrogation, la première traversée de l’Atlantique Nord d’est en ouest.

Bellonte et sa première épouse ont vécu à Chaville-Vélizy. Gallica présente une photo de Mme Bellonte à son balcon, rue Carnot, avec le pont ferroviaire de l’avenue Gaston Boissier en arrière plan.

Retour au Bourget de Costes (à dte) et Bellonte après un record. Photo de presse Meurice, Paris 1929. Négatif sur verre 13x18. Fonds Gallica, Bibliothèque Nationale de France. Recherche ’Bellonte’
Retour au Bourget de Costes (à dte) et Bellonte après un record. Photo de presse Meurice, Paris 1929. Négatif sur verre 13x18. Fonds Gallica, Bibliothèque Nationale de France. Recherche ’Bellonte’

Mme Bellonte sur son balcon rue Carnot. En arrière plan le pont de l’avenue Gaston Boissier.. Photo de presse Meurice, Paris, septembre 1930, négatif sur verre 13x18. Fonds Gallica, Bibliothèque Nationale de France. Recherche ’Bellonte’
Mme Bellonte sur son balcon rue Carnot. En arrière plan le pont de l’avenue Gaston Boissier.. Photo de presse Meurice, Paris, septembre 1930, négatif sur verre 13x18. Fonds Gallica, Bibliothèque Nationale de France. Recherche ’Bellonte’

Il est inhumé au cimetière parisien de Passy et repose non loin d’autres célébrités du monde de l’aviation : Henri Farman, Dieudonné Costes et l’avionneur Marcel Dassault.

Le Breguet XIX Point d’interrogation est visible au Musée de l’air et de l’espace, au Bourget.


mise à jour septembre 2016