Usage des clichés du site

10 septembre 2015

Vous êtes intéressés par une version haute résolution d’une de nos vues ? Par des précisions pour l’identification ? Par une autorisation de reproduction ou de citation ? N’hésitez pas à nous contacter !.

Recherche

9 septembre 2015

Nous sommes en permanence à la recherche de documents, photos, plans, etc. apportant des informations inédites sur Viroflay et les environs. Les documents prêtés seront scannés et rendus rapidement. Nous contacter via le site.

Aux courses à Viroflay (1834)

 

Les turfistes ou les curieux de la chose hippique auront noté l’existence d’un prix Rieussec, épreuve au galop avec handicap sur 3200 mètres, grande piste, à Longchamp (en juin), ainsi que celle d’un prix de Viroflay, épreuve au galop avec handicap sur 1700 mètres à Longchamp (en mai).

Rien que de plus normal ; l’élevage et les courses de chevaux ont été un fleuron de Viroflay au XIXème siècle.

Le Prix Rieussec réserve chaque année son lot de surprises, et notamment le lauréat qui souvent affiche des cotes de 12 à 30 contre 1. C’est une épreuve spéciale, réservée aux stayers** sur les 3200m de la Grande Piste de Longchamp. La tradition a même institué un proverbe devenu célèbre « Le prix Rieussec met le parieur à sec » tellement il paraît compliqué d’en trouver l’arrivée.

Extrait d’un article de l’Illustration de 1834 :

(...) Viroflay est une charmante localité, à la porte de Versailles, un village où les amateurs ont sous la main le bois et la plaine, la verdure et les fleurs. Il y a là une fête charmante, donnée, depuis une dizaine d’années à ses administrés, par M. Amédée Dailly, maire de la commune, et représentant du canton de Sèvres au Conseil général de Seine-et-Oise.

Dimanche, 21 septembre (1834), le programme s’était embelli d’une course de gentlemen dirigée par le prince Achille Murat*.

Des chevaux pleins de feu et bouillants d’impatience entrèrent en lice.

Il s’agissait de gravir une pente d’environ 500 mètres avant d’atteindre un plateau, où chevaux et cavaliers devaient déployer toutes leurs ressources.

Après un bon départ, M. Albert Adam, le fils du peintre, mena la course jusqu’au sommet de la montée ; là il fut dépassé par M. de Savigny qui conservait son avantage, lorsque, à 100 mètres de distance, M. Abeille et le prince Murat, se lançant à fond de train, distancèrent leurs concurrents, et arrivèrent au but, M. Abeille battant M. Murat d’une longueur.

Cette course, admirablement conduite, a été vivement disputée ; car 1500 mètres, parcourus très rapidement, sur un terrain difficultueux, témoignèrent de l’énergie des cavaliers qui sont arrivés presque ensemble. Après un repos de trois-quarts d’heure, eut lieu la course des haies. M. Murat mena la course et toucha le premier le but.

Courses à Viroflay. Gravure. L’Illustration (coll. part.)
Courses à Viroflay. Gravure. L’Illustration (coll. part.)

Zoom

Extrait de deux livres de la même période dans le fichier joint :

-   Journal des Haras, chasses et courses de chevaux . Edition Belge, tome III, Bruxelles 1835 (peu après la mort de Rieussec qui y est mentionnée)

-   Des Institutions hippiques et de l’Elève du Cheval dans les principaux Etats de l’Europe , par le comte Achille de Montendre, tome II, Paris 1840


* Achille Charles Louis Napoléon Murat (en italien : Achille Carlo Luigi Napoleone Murat), prince héritier de Berg et de Clèves (1806-1808) puis prince royal de Naples (1808-1815) et enfin 2e prince Murat (1815-1847), est né à l’Hôtel de Brienne, à Paris, le 21 janvier 1801, et est décédé dans le comté de Jefferson, en Floride, le 15 avril 1847. C’est une personnalité du Premier Empire et un maire de Tallahassee, aux Etats-Unis. source Wikipédia 2014

** stayer : pur-sang de petite taille spécialisé dans la course de fond.

mise à jour décembre 2014

Documents

image1

Le Haras de Viroflay - 1835 - 1840

Chroniques de l’élevage des courses en France et dans le Monde. Nouvelles de la société d’encouragement.